Sommes nous devenus inhumains ?

Les constats se font toujours plus alarmants, les annonces toujours plus pressées. Les espèces qui ne sont pas en train de disparaitre font figure d’exceptions. Les disparitions d’espèce défilent comme des avis mortuaires quotidiens. Face à cela, la tendance globale est à l’indifférence, nous faisons quelques marches pour le “climat”.

Il faut dire que la nature a « disparu » de notre vision depuis bien longtemps. Personne ne s’attend à rencontrer cerfs, ours et truites dans le parc du centre-ville. Les rats et pigeons sont les quelques animaux vivants que nous croisons encore. Même les paysages ruraux sont aménagés à l’extrême, les monocultures ont des ambiances de parking. Il est aussi inimaginable de voir apparaitre un élan ou un loup de ces “bétons verts” que de les voir dans un supermarché.

Pour la large majorité de la population, urbaine 1 en 2020, 81 % de la population française est urbaine https://fr.statista.com/statistiques/473802/part-population-urbaine-france/ , les animaux et la flore sauvage sont une réalité lointaine, comme celle d’une guerre à l’autre bout du globe.

Pour les rares animaux que nous étions habitués à voir une génération auparavant, nous nous sommes déjà habitués à leur absence 2 ce phénomène, documenté, s’appelle le « shifting baseline syndrom » https://www.zsl.org/blogs/science/spot-the-difference-shifting-baseline-syndrome-in-our-own-backyard . Nous voyons des espèces rares disparaitre sans grands émois : après tout, elles étaient en voie d’extinction, n’était-ce pas leur destinée ?

Nous oublions que ces espèces rares furent une fois répandues, parfois à l’échelle continentale ; qu’elles furent considérées comme communes voir invasives.

Les bêtes sauvages font partie de l’imaginaire, elles appartiennent à ces fictions que sont les documentaires animaliers, seul endroit où nous les croisons encore. Ce que nous ne réalisons pas, c’est que les animaux que nous voyons sur nos écrans, s’ils furent une fois bien réels, n’existent plus ailleurs que sur ces écrans.

À lire ensuite:
Irremplaçables – la biodiversité dont nous dépendons

Si un attaquant s’en prenait à votre famille, vos ami-es et proches, personne ne devrait faire la démonstration des « services » qu’ils et elles vous apportent pour que vous vouliez les défendre.

Loin des yeux … nous n’avons aucun attachement aux animaux et plantes que nous détruisons. Nous ne tuons pas des animaux : nous perdons des pourcentages de population. Nous perdons de la biodiversité et des services écologiques. Nous devons passer par des artefacts chiffrés pour nous rendre compte des dommages occasionnés par l’humain.

Nous faut-il vraiment développer des arguments chiffrés pour expliquer que détruire une forêt et toutes les vies qu’elle contient n’est pas acceptable ? Sommes nous suffisamment désensibilisés pour croire qu’une forêt tuée peut être « compensée » ? Pensez une seconde à l’idée de « compenser » votre défunte mère par une inconnue. Partez admirer un instant un écosystème pour comprendre ce que nous détruisons.

Ces populations tuées ou condamnées par nos actions devraient nous révolter. Nous ne devrions pas avoir besoin de longs graphiques et d’un énième rapport pour comprendre que tout cela est inacceptable. Si un attaquant s’en prenait à votre famille, vos ami-es et proches, personne ne devrait faire la démonstration des « services » qu’ils et elles vous apportent pour que vous vouliez les défendre.


Toutes ces vies ont de la valeur en soi. Elles devraient nous donner le courage de nous battre à tout prix.


0 Comments

Samuel

Samuel

Auteur

Militant écologiste, Samuel fait des conférences et interventions au sujet de la crise environnemental et des stratégies militantes.
Il y a toujours des sous pour détruire une ZAD

Il y a toujours des sous pour détruire une ZAD

Le 8 avril, la ZAD de la Dune à Brétignolles-sur-Mer en Vendée a été expulsée, en plein confinement. Pratique pour éviter que des soutiens ne viennent pour défendre la zone… Une expulsion violente effectuée par des bénévoles

Le coronavirus sauvera la planète (ou pas)

Le coronavirus sauvera la planète (ou pas)

La situation actuelle serait une bouffée d’air pour la planète. C’est vrai. Cela dit, loin d’être une démarche volontaire, ce n’est qu’une conséquence logique de ce système qui ne s’arrêtera pas avant d’avoir tout détruit. Lui y compris.

Pour une résistance socioécologiste radicale

Pour une résistance socioécologiste radicale

Le 20 mars, une tribune est sortie dans le journal “Le monde”, rédigée par un important collectif de diverses personnalités, militantes écologistes, permacultrices, intellectuelles, scientifiques etc. qui s’est baptisé “Les résistants et résistantes climatiques”.
Ce texte est une réaction à cette tribune afin d’y apporter une critique constructive mais tout de même incisive. Le but étant de souligner des failles présentes dans la tribune et pousser à la réflexion pour amener d’éventuelles remises en question.

Panne électrique – les impacts d’une attaque physique sur le réseau électrique.

Panne électrique – les impacts d’une attaque physique sur le réseau électrique.

« Tout groupe terroriste qui souhaiterait mettre un pays à genoux a les moyens de le faire. »

La centralisation et l’interdépendance accrue des réseaux électriques signifient que le risque de défaillance à grande échelle n’a jamais été aussi grand. La prochaine fois que les lumières s’éteignent, elles pourraient ne plus jamais s’allumer.

Qu’est ce que la biodiversité ?

Ces deux dernières années, la déforestation a été plus rapide et importante que jamais. En 2017 comme en 2016, nous avons coupé 50 % d’arbre en plus qu’en 2015. La quantité de forêts …

Share This